Noël sans gabegie !

Le week-end du 15 au 17 novembre a eu lieu le synode régional de nos Églises (EPUdF). Le thème de ce synode recouvre une préoccupation légitime, urgente : l’écologie,
déclinée chez nous sous le vocable « Église verte ». Les discussions et votes ont porté sur le fait que la grâce concerne aussi l’ensemble de la Création, et pas seulement les humains. Nous sommes invités à adopter une manière d’être nouvelle dans nos modes de consommation, de gestion des déchets, d’utilisation de l’énergie, etc.

Continuer la lecture de « Noël sans gabegie ! »

LE FEU ET L’ESPÉRANCE

En novembre les jours raccourcissent et la fraîcheur devient vite froidure. Nous avons tout pour lutter contre le froid et souvent de manière exagérée, nos logements étant surchauffés. L’énergie sert aussi à nous éclairer : nos soirées d’automne ou d’hiver sont aussi longues que nos soirées d’été. Le feu et sa maîtrise par l’homo erectus, un de nos ancêtres il y a environ 500000 ans, ont bouleversé les vies : meilleure nourriture par la cuisson, meilleur confort, meilleure sécurité, le feu éloignant les grands prédateurs, et du temps de gagné le soir pour raconter, se raconter, peut-être jouer. Le langage s’est sans doute développé et diversifié dès cette époque.Le cerveau aussi a pu grossir, et l’intelligence se développer.

Continuer la lecture de « LE FEU ET L’ESPÉRANCE »

Edito Juillet 2019

Engagez-vous, rengagez-vous qu’ils disaient ». On plaisante encore sur les sergents recruteurs qui appelaient ainsi les jeunes à s’engager dans l’armée… On pourrai aujourd’hui lancer le même appel pour l’Église.

L’Église ne vit que par ceux qui participent à sa vie. Elle est présente quand on a besoin d’elle : mariage, baptême, décès, visites, formation catéchétique, mouvements scouts, entraide, sans compter les groupes de réflexions sur la Bible, la philosophie, la dogmatique, l’histoire, etc. L’Église, c’est une institution qui offre des moments mis à part pour la méditation, le ressourcement, le culte.

Continuer la lecture de « Edito Juillet 2019 »

L’Esprit de Pentecôte

Jamais, sur son territoire, l’Europe n’a connu de période de paix aussi longue : 75 ans ! la plupart des Européens vivants n’ont jamais subi la guerre…

Cela mérite qu’on s’y arrête un peu, quand des forces nationalistes, populistes, en fait égoïstes, vont dans le sens du repli sur soi frileux et illusoire. L’Europe, c’est un fond de culture commune à tous, des aventures partagées et vécues dans tous les domaines, des avions à Érasmus qui permet aux jeunes d’étudier et de se rencontrer dans tous les pays de la Communauté. Il y a, certes, bien des critiques à faire, en particulier quand on voit une Europe de la finance laisser de côté les questions sociales. Il n’empêche : après avoir démontré que des nations qui se haïssaient pouvaient vivre en paix et bâtir des projets de fraternité, il est utile de se dire que cette Europe a la possibilité de se pencher sur la question climatologique et écologique. Un rendez-vous à ne pas manquer !

Les Églises protestantes qui mettent à l’ordre du jour l’Église verte témoignent d’une démarche qui vise à faire prendre conscience, en profondeur, du danger que fait courir un laisser-aller de chacun dans le domaine de la pollution. C’est l’affaire de tous, dans une Europe où l’unité des Églises se vit déjà, soit dans de grandes fêtes, soit dans des jumelages de paroisses ou des échanges de pasteurs…

Un Esprit doit revigorer notre Europe. L’esprit du Traité de Rome s’étant un peu émoussé, aux yeux du monde chrétien c’est bien l’Esprit de Pentecôte qui doit nous guider, pour le bien de nos frères et pour la création.

Vincens Hubac

Télécharger la version PDF

Edito mois de mai

L’édito de mai était terminé. Hélas, un appel téléphonique me dit que Notre-Dame de Paris est en flammes ! Comme tout le monde cette nouvelle me chagrine. Des souvenirs personnels, des balades sur les quais, une réunion œcuménique… Tant de choses me rattachent à ce lieu ! Mais cet événement dépasse ma petite vie.

Notre pensée va d’abord à nos frères catholiques. Pour eux, la cathédrale est un lieu saint, un reliquaire, avec, entre autres, la couronne d’épine du Christ, les reliques de saint Denis et celles de sainte Geneviève. À la fin du XIIe siècle, l’évêque Sully avait fait construire cette cathédrale comme un lieu de culte et de prières, un lieu de souvenirs, un lieu porteur d’âme.

Les Parisiens aussi sont touchés, car là bat le cœur de Paris, l’histoire de la ville depuis que sainte Geneviève l’a, dit-on, protégée des Huns. Histoire de France, histoire de la littérature, histoire des hommes, visiteurs, pèlerins, amoureux du jardin de l’évêché se retrouvent là… Histoire de l’architecture, histoire de l’aventure du gothique qui dit, du XIe au XIIIème siècle, la renaissance médiévale.

Histoire du monde aussi, car tant de chefs d’État se sont retrouvés là, tant de peuples sont venus. Notre-Dame de Paris appartient au patrimoine de l’humanité, et cela inspire une première réflexion : d’Angkor à Notre-Dame en passant par la mosquée d’Omar, la mondialisation nous fait prendre conscience de la richesse de l’humain, et les témoins de cette richesse n’appartiennent plus au sol qui les porte, mais à l’ensemble des Nations. L’art et la beauté, dans leur profondeur, leur esthétique chaque fois particulière, leur spiritualité, sont les témoins irremplaçables de l’unité et de la spécificité du genre humain. L’émoi international que provoque l’incendie est normal.

Une seconde réflexion cependant, bien protestante : les temples de pierre, aussi formidables soient-ils, ne peuvent durer éternellement. L’usure du temps, la bêtise des hommes, le hasard d’un accident ont raison, tôt ou tard, de ces bâtiments. Le temple de l’Esprit n’est pas dans un joyau de pierre mais dans le cœur des hommes. L’Esprit nous révèle que chaque être humain a une valeur inestimable. Si le malheur de l’Île de la Cité nous rappelle cela, c’est déjà bien…

En attendant, il faut préserver, se souvenir, reconstruire, restaurer le témoin du passé pour vivre un présent ouvert sur l’avenir.

Vincens Hubac

Télécharger la version PDF